Une société juste doit être une société avec des droits et des chances égaux pour tous. Tout au long de l’histoire, les plus forts ont toujours dominé les relations sociales et détenu le pouvoir. Et ce pouvoir, économique, politique et social, a établi des sociétés injustes où la souffrance et la douleur sont continuelles. Aujourd’hui, cette souffrance et cette douleur continuent. Dans les pays les plus avancés, les objectifs d’égalité et de justice ont été atteints, même s’il reste encore beaucoup à faire. Mais dans certaines régions de la planète, des personnes vivent encore dans des conditions terribles. La majorité, c’est un fait, sont des femmes et des enfants, et principalement des filles, qui souffrent de discrimination et d’exploitation. Aujourd’hui, au 21e siècle, l’esclavage n’a été aboli que de nom mais pas en fait. Il y a l’esclavage de ceux qui vivent mal pour un salaire qui leur permet à peine de manger, l’esclavage du travail, mais aussi l’esclavage sexuel. Les mafias qui dominent le marché de la viande humaine, qui font le trafic des femmes et des filles, qui les achètent, les vendent, les utilisent et les louent. Ce fléau est quelque chose que nous devons combattre de toutes nos forces.

La Journée zéro de la discrimination est une date commémorative et est célébrée tous les 1 mars et est une journée de sensibilisation pour éliminer la discrimination.

De nombreux groupes de femmes ont fait le drapeau de cette journée, ainsi que l’Organisation des Nations Unies contre le sida, car les personnes atteintes du sida sont également victimes de discrimination.

Aujourd’hui, alors que le monde est menacé par un nouveau virus, il ne faut pas oublier les virus sociaux qui subsistent toujours. La discrimination fondée sur le sexe et la race reste à éradiquer sur Terre. Et il existe, à un degré plus ou moins grand, dans tous les pays.

Soyons combatifs, parole et action, contre ce mal de l’humanité qui ne peut être qualifié tant que la discrimination existe. La discrimination de facto et la discrimination légale que nous vivons certainement même en Occident doivent être ZÉRO DISCRIMINATION. Les progrès réalisés ne suffisent pas. La lutte continue. Et le témoignage et notre attitude, individuelle et collective, ne peuvent être manqués. Pas ce 1er mars ni jamais.