Estela Artacho García-Moreno est présidente et directrice générale de la Fédération des distributeurs cinématographiques d’Espagne, FEDICINE, l’association qui regroupe plus de 90% de la distribution cinématographique en Espagne.

Estela Artacho est diplômée en droit, ICAM Collegiate, Master en pratique juridique de l’Université Complutense de Madrid, et son expérience professionnelle passe, entre autres, par le Parlement de l’Union européenne et le Département juridique de la Motion Pictures Association (MPA) à Los Angeles, et a développé toute sa carrière professionnelle liée à l’industrie du cinéma.

En 1998, elle a occupé le poste de secrétaire général d’ADICAN, l’Association des distributeurs et importateurs cinématographiques du pays. Deux ans plus tard, elle accepte le même poste pour la Fédération des distributeurs cinématographiques et en 2006, elle occupe le même poste. Depuis 2012, elleest présidente.

Estela Artacho est également membre du Conseil de la FIAD, Fédération internationale des distributeurs audiovisuels. Elle a été présidente de la Coalition des créateurs, association dont FEDICINE est membre fondateur et du Conseil, ainsi que de l’Union des associations des industries culturelles. Artacho est également membre de l’Académie du film, a été juré dans des compétitions de cinéma et a participé en tant qu’expert au PICE (Programme d’action culturelle espagnole AC / E pour

l’internationalisation de la culture espagnole). Elle est également conférenciere réguliere lors d’événements liés à la cinématographie, aux industries culturelles et à la propriété intellectuelle.

Q.- Pour commencer, je voudrais vous demander quelles sont les données et la tendance actuelle de fréquenter les salles de cinéma et, plus spécifiquement, concernant l’Espagne et aussi celle que voient les spectateurs de notre pays de films espagnols?

R.- Les données de fréquentation des salles de cinéma de 2019 sont très bonnes et confirment une tendance de croissance soutenue à travers le monde. En Espagne, en 2019, nous avions 105 millions de téléspectateurs, ce qui représente une augmentation de 7% par rapport à 2018, le meilleur chiffre de fréquentation cinématographique des 10 dernières années. En outre, la tendance générale est bonne, puisque depuis 2013 la présence des spectateurs n’a cessé de croître.

en plus, pour le cinéma espagnol, ce fut une excellente année. Pas moins de trois nominations pour les prix les plus importants au monde, les Oscars de hollywood. Le box-office a été plus distribué que les autres années, avec un grand succès du public des comédies espagnoles, et ceci compte tenu de l’important concours de cinéma familial de cette année.

Q.- A partir de la présidence de la Fédération, des initiatives telles que « festival du film » ou « je me sens comme le cinéma » ont été développées. Les deux actions ont tenté de mettre le secteur en contact avec le public, augmentant ainsi le spectre des personnes qui peuvent aller dans les salles de cinéma. Pensez-vous que c’est une question de prix?

R.- c’est deux initiatives très différentes: je me sens du cinéma» est un portail informatif à vocation pédagogique: il informe le citoyen sur les différentes options pour regarder légalement des films dans notre pays, (l’offre dite légale), une éducation au respect de la propriété intellectuelle. Il s’agit d’une initiative de sensibilisation à l’importance du droit d’auteur.

D’autre part, le Festival du film est une action conjointe de l’ensemble de l’industrie (production, distribution et exposition) en collaboration avec l’Institut de la cinématographie et des arts audiovisuels (ICAA) remerciant le public qui parcourt les cinémas chaque année. C’est un événement qui est célébré dans toute l’Espagne, et qui vise à encourager la fréquentation des cinémas comme une habitude sociale et culturelle, et à montrer la gratitude de l’industrie à tous les spectateurs qui, chaque année, apprécient la magie de regarder des films dans le grand écran Pendant les trois jours de l’événement, les téléspectateurs peuvent profiter de billets à des prix spéciaux.

Le sens du Festival du film et  de se réunir à des occasions spécifiques. Affirmer qu’un produit est trop cher car lorsque le prix baisse, une bonne réception est obtenue est biaisé; Un film donne du travail à des équipes qui font face au public et aussi à celles que le spectateur ne voit à aucun moment, ni ne sait qu’elles existent, mais qui sont fondamentales pour faire le film. Derrière chaque projet audiovisuel, il y a de nombreuses heures passées à travailler, de nombreuses personnes et familles dont la performance doit également être reconnue. Au Festival du Film, le spectateur est récompensé, que ce prix se matérialise rapidement n’est que circonstanciel car il n’est pas escompté.

Q.- La Fédération des distributeurs cinématographiques (Fedicine) a tenu une réunion formelle avec SM la Reine d’Espagne, montrant son appréciation pour le soutien au monde du cinéma, quels engagements ont-ils acquis de la Maison Royale pour contribuer à un plus grand nombre de spectateurs dans les salles?

R.- En effet, nous avons eu une rencontre avec SM la Reine qui a été très agréable et positive. Comme tout le monde le sait, SM la Reine aime beaucoup le cinéma et nous tenions à la remercier pour son soutien au secteur, et à partager avec elle les chiffres très positifs de 2019 que nous avons commentés auparavant.

Q.- La piraterie est un problème dans le domaine culturel. Récemment, le ministère de la Culture a imposé une forte pénalité à différents portails qui enfreignaient la loi sur la propriété intellectuelle, quels mécanismes conçoivent-ils pour lutter contre le piratage?

R.- La piraterie est un fléau qui affecte tous les secteurs culturels.

Le cinéma reste le secteur le plus puni par le piratage, et tout cela malgré les efforts conjoints de l’administration et de l’industrie pour sensibiliser le public au contexte pénal que recèle cette pratique, et aux dommages très graves causés aux auteurs, au secteur et au économie du pays

Notre réponse de Fedicine est pluridisciplinaire: nous utilisons tous les outils juridiques à notre disposition, nous collaborons intensément dans toutes ces initiatives qui servent à sensibiliser et éduquer les citoyens, en particulier les plus jeunes, dans le respect de la propriété intellectuelle, nous recherchons le collaboration des opérateurs internet, et nous travaillons pour valoriser l’offre légale et nous adapter aux nouvelles habitudes du consommateur-spectateur.

Q.- Enfin, que reste-t-il au cinéma espagnol?

A.- Le cinéma espagnol a beaucoup de talent, comme en témoignent les récompenses obtenues et les nominations aux Oscars que j’ai commentées auparavant. C’est un très bon moment, car il y a une forte demande mondiale de contenu audiovisuel et en Espagne, il y a beaucoup de talent et d’excellents techniciens qui peuvent répondre à cette demande. De plus, ces dernières années, le cinéma espagnol a de plus en plus la faveur du public, à l’intérieur comme à l’extérieur de nos frontières.

ABONNEMENT A MEIK MAGAZINE