Ijeoma Oluo est connue comme une écrivaine, conférencière et haut-parleur acclamée dans le vaste univers d’Internet en raison des nombreuses réflexions qu’elle a partagées à la fois sur son blog et dans différents médias. Marquée par une vie dans laquelle son identité de femme noire a été un facteur déterminant dans ce qu’elle est aujourd’hui, elle a développé une perspective basée sur l’expérience du racisme qui lui a apporté l’empathie de ses lecteurs et la reconnaissance d’institutions telles que la American Humans Society en lui décernant le Feminist Humanist Award ou en faisant partie de la liste des 100 Afro-Américains les plus influents de 2017.

Ijeoma Oluo est née au Texas en 1980, son père est nigérian et sa mère est américaine. Elle a étudié les sciences politiques à l’Université Western Washington, et après avoir obtenu son diplôme, il a travaillé dans le marketing numérique.

D’autre part, un blog a été ouvert dans lequel elle a écrit sur la nutrition jusqu’à ce qu’en 2012, en raison du meurtre du jeune Trayvon Martin, elle décide de changer le thème du blog. Le jeune homme avait le même âge que son fils et cela l’a amenée à se demander ce que l’avenir réserve aux jeunes afro-américains. Elle a donc commencé à partager ses préoccupations, ses pensées et ses histoires personnelles qui se sont rapidement connectées aux lecteurs où elle réside à Seattle. Cela a été très important dans la construction de son propre style d’écriture et ses pensées ont commencé à faire écho et à avoir un impact sur son environnement, ce qui a poussé beaucoup de ses amis à s’éloigner d’elle, bien que cela ait également incité de nombreuses femmes afro-américaines à l’approcher avec ses messages.

En raison du grand succès que le blog a causé, elle a commencé à publier des articles dans des journaux tels que The Washington Post, NBC News ou The Guardian. Elle y traite principalement des problèmes de race et d’identité, de féminisme ou de justice sociale.

Cependant, le livre qu’elle a publié en 2018 « Alors vous voulez parler de race » où elle traite des problèmes les plus épineux entourant la race ou expose la brutalité policière subie par les Afro-Américains, a été un succès incontesté. Des milliers de lecteurs ont sympathisé avec la vision de l’auteur, car elle répond à de nombreuses questions qui se posent dans la vie quotidienne sur le racisme. De plus, Ijeoma Oluo soulève les questions sans tabous.

Il aborde le mythe selon lequel le classisme est un problème plus important que la race ou ce que sont réellement le racisme et les micro-agressions. D’autre part, il traite de l’intersectionnalité, de la relation qui existe entre l’école et la prison ou de l’appropriation culturelle avec un naturel débordant et de l’ingéniosité. Dans l’introduction, elle tourne son regard vers elle-même, pour expliquer ce que c’est que de grandir dans un corps marqué par la race. Le livre vise à éduquer et à combattre ce problème.

Pour elle, les conversations sur la race sont un facteur qui l’a accompagnée toute sa vie, elle donne donc quelques conseils sur la façon de mener une conversation à ce sujet de manière affirmée. Le livre construit une vision qui permet au lecteur de comprendre que parler de race peut se faire de manière claire. Elle donne également son avis sur les peuples autochtones. Il met en évidence les problèmes récurrents liés à la race et aux traumatismes causés par les inégalités systématiques présentes dans la société américaine.

Ijeoma Oluo a choisi d’utiliser son expérience pour rassembler une série de réponses à une question qu’elle a toujours posée et qui a parfois été épuisante pour elle, mais ce fut un succès qui se traduit par l’acceptation qu’elle a eu parmi les Publique.

En outre, le livre a été inclus dans la liste du magazine Harper’s Bazaar des 10 meilleurs nouveaux livres de 2018. Elle insiste sur le fait que l’apprentissage est un facteur fondamental pour un avenir meilleur dans la société et déclare «Être antiraciste ne signifie pas que vous n’êtes jamais raciste , cela signifie que vous reconnaissez et combattez le racisme en vous-même avec la même force avec laquelle vous combattez les autres.