Ces jours marquent le premier anniversaire de la reconnaissance du premier cas de Covid dans le monde. Puis la contagion du nouveau virus a été officiellement reconnue par l’OMS dans la ville chinoise de Wuhan et la mort, le 9 janvier, du premier décès. Cependant, la signature ajoutée à Covid, numéro 19, est la reconnaissance que c’était en 2019 lorsque le virus est apparu sur un marché de Wuhan, un marché qui était déjà fermé le 1er janvier de l’année dernière.

Il n’est peut-être pas aussi important de fixer des dates exactes que de se rappeler que nous sommes une pandémie depuis un an. Que le monde a changé depuis. Que le virus est toujours avec nous et que, bien que des vaccins aient été découverts en un temps record, il faudra beaucoup de temps pour l’éradiquer et que dans le cas où il ne deviendrait pas endémique et que nous devions vivre avec, comme c’est le cas avec la grippe .

Un virus dont personne ne sait encore avec certitude comment il est apparu mais qui a été installé partout dans le monde, affectant gravement la santé et l’assainissement de la planète entière. Covid19 n’est pas seulement un élément qui a entraîné la nécessité de nouvelles approches en matière d’hygiène et de coutumes, mais c’est aussi quelque chose qui a totalement changé notre mode de vie et l’économie et le travail mêmes des entreprises et des personnes.

Que cet anniversaire ne nous fasse pas peur mais serve plutôt de tournant pour lutter avec plus de force et de détermination contre quelque chose d’inattendu mais que nous devrons surmonter. Et fouillez la situation, les issues de secours et le renouveau social et individuel. Puisse un mal ne pas nous détruire mais plutôt nous permettre de continuer à avancer sur le difficile chemin du progrès et de l’amélioration de la vie de l’humanité.