A partir d’aujourd’hui jusqu’au 29, le jazz sera celui qui marquera le rythme de la ville. Le Festival International de Jazz de Madrid, plus national que jamais, s’accompagne d’un cycle d’activités autour des genres les plus acclamés. Non seulement il y aura des concerts, mais ce sera aussi un hommage à tous les arts de la scène avec le jazz comme fil conducteur. On retrouve ainsi du théâtre et de la littérature, à travers la mise en scène du spectacle « Jazz Scenes », une lecture dramatisée de textes d’auteurs tels que Jack Kerouac, Julio Cortázar ou Boris Vian, dans les voix de différents acteurs, dirigés par Juan Carlos Corazza et ambiance musicale au piano par Pepe Rivero. A cette fin, plusieurs conférences seront jointes, dont un débat ouvert entre des femmes vouées de facettes très différentes à la musique jazz; la présentation du livre de Jaime Bajo González « The Spell of Groove »; la projection du film de Shirley Clarke « Ornette: Made in America », à Cineteca ou une exposition photographique dédiée aux femmes ayant participé artistiquement à la programmation de JAZZMADRID. Quant aux récitals, ce sera une année différente, non seulement à cause des circonstances dans lesquelles nous sommes, mais aussi à cause de l’organisation qui a décidé de travailler avec des artistes du circuit local soutenant le secteur culturel maltrecho et élargissant le spectre des genres pour donner de la visibilité. Cependant, des propositions de qualité qui vous permettent d’apprécier le jazz sous tous ses aspects.

Avec l’intention de « donner une touche colorée », la porte est ouverte à d’autres rythmes. Quelques exemples sont Chano Domínguez et Martirio avec leur concert hommage à la boule de neige cubaine, qui clôturera le festival. Le quatuor du trompettiste Enriquito avec son influence flamenco ou le nouveau line-up du jazzman vétéran Javier Colina qui compte Josemi Carmona, Antonio Serrano et Borja Barrueta dans ses rangs. A noter également les concerts classiques de Pepe Rivero ou l’incorporation de musiciens émergents avec une carrière et une projection incalculables comme le Quatuor Miryam Latrece ou le Quintette Roberto Nieva. Les amateurs de Big Band ont également leur signe de tête dans cet événement avec la performance du Groupe Symphonique Municipal de Madrid dirigé par Jan Cover qui aura comme invités des poids lourds de la scène tels que Luis Cobos, Aurora García, Pedro Ruy Blas, Pepe Sánchez ou Jayme Marques.

C’est un festival pour tous les goûts, pour tous les publics, du jazz de pointe aux jeunes talents en passant par le plus pur des standards. Mention spéciale à Pedro Iturralde décédé il y a quelques jours et qui brillera cette année pour son absence. L’artiste prévoyait de participer à un concert le 23 dans la salle Galileo qu’il ne pouvait plus être. Continuer à donner des concerts à l’âge de 91 ans devrait donner – à ceux qui n’ont pas eu la chance de le connaître – une idée de son amour pour le jazz et du dévouement qu’il a consacré. Donc, suivre la musique est le meilleur des hommages.

Le programme complet est disponible sur le site JazzMadrid2020