Il y a des éphémérides qui nous affectent tous. Journées indiquées dans le calendrier international pour nous rappeler les éléments fondamentaux auxquels nous devons prêter attention et agir dans leur mise en œuvre ou les améliorer dans la mesure du possible.

Chaque 10 décembre, la communauté internationale célèbre la Journée des droits de l’homme, qui est commémorée à la date à laquelle l’Assemblée générale des Nations Unies a approuvé la Déclaration universelle des droits de l’homme, en 1948.

Les droits de l’homme sont des droits fondamentaux de toute personne sans distinction de race ou de religion. Nous sommes tous nés ou devrions naître égaux devant la loi et la société, sans distinction d’origine, de race ou de croyance religieuse. L’être humain est une créature supérieure aux autres de la Création, et bien que nous devions prendre soin de chaque être vivant, y compris les animaux et les plantes, c’est celle qui, avec ses efforts, son intelligence, son sacrifice et ses compétences, a apporté, surmontant la douleur et difficulté de tout processus historique, progrès et amélioration des conditions de vie. Mais ces conditions de vie, encore aujourd’hui, ne sont pas les mêmes pour tout le monde. L’injustice continue de régner à de nombreux endroits dans les relations humaines, tant au travail que de bien d’autres manières. « La liberté, ami Sancho – disait Don Quichotte dans l’œuvre immortelle de Cervantès – est le cadeau le plus précieux que la vie ait fait à l’homme ». Cette liberté, cependant, n’est rien, s’il n’ya pas d’égalité des chances pour tous, si les êtres humains n’ont pas la possibilité de se développer, de mener une vie digne et d’être respectés. Les droits de l’homme comprennent le droit de tous les individus à avoir une éducation, un logement et à ne pas être discriminés en raison de leurs caractéristiques personnelles ou culturelles.

Beaucoup a été accompli, mais il reste encore beaucoup à faire. Puisse cette journée nous rappeler à tous et, dans la mesure de notre position et de notre force, nous contribuons à la réalisation de ces droits dans toutes les régions de la planète et les dirigeants de toutes les sociétés s’efforcent de les mettre en œuvre et de les développer, comme nous le faisons. nous devons le faire dans nos relations dans la vie publique et privée.