La Journée mondiale du braille est célébrée, comme chaque année, le 4 janvier. Elle a été créée par l’ONU dans le but principal de sensibiliser les États membres à intégrer des mesures dans tous les domaines de la société et à normaliser le braille comme langue et moyen de communication. Un droit fondamental pour les personnes aveugles et malvoyantes.

C’est précisément une ressource de communication qui détermine l’accès à l’éducation, à la culture et à la connaissance qu’est l’alphabet braille. C’était une création innovante et transgressive qui dure dans le temps. Comme son nom l’indique, c’est Louis Braille qui a développé cette ressource communicative indispensable.

Louis Braille est né dans une commune de Coupvray (Paris, France) le 4 janvier 1809. A l’âge de trois ans, dans l’atelier de son père, le petit garçon jouait avec un poinçon coincé accidentellement dans un œil. L’infection s’est propagée à l’autre œil, entraînant une perte de vision. Cependant, cela ne l’a pas empêché d’aller à l’école à l’âge de sept ans. Bien que son apprentissage soit basé sur la récitation, il s’est avéré être un étudiant valide. En fait, il a remporté une bourse au Royal Institute for Blind Youth (RIJC).

Le système de lecture utilisé dans cette institution consistait en l’impression de quelques livres avec des lettres en relief, une ressource conçue par le fondateur du centre, Valentin Haüy. Le problème avec cette méthode était la lenteur et la difficulté de pouvoir former les phrases, après avoir identifié les lettres une par une tactilly.

Plus tard, le capitaine de l’armée française Charles Barbier a partagé dans l’institution une technique appelée «écriture de nuit», avec laquelle les soldats pouvaient lire des messages sur le champ de bataille la nuit sans avoir à allumer des lanternes. Au lieu d’utiliser des lettres, ce système était basé sur des points et des tirets en relief. Cependant, il reflétait la phonétique plutôt que l’orthographe française standard et manquait donc d’éléments tels que les majuscules ou la ponctuation.

Alors que la plupart des étudiants ont abandonné cette ressource, Louis Braille a recherché et cherché des moyens d’améliorer la méthode. Jusqu’à trois ans plus tard, alors qu’il avait 15 ans, il a réussi à trouver un nouveau système. Il a utilisé le même outil qui lui a enlevé la vue pour créer des points en relief plus petits que ceux conçus par Barbier. De cette façon, ils pouvaient être ressentis avec une seule touche du bout du doigt. De plus, en tant que bon mélomane, il a également créé un système pour lire les notes de musique.

Bien qu’il s’agisse d’une grande invention, le monde universitaire a tardé à accepter cette méthode. À tel point que ce n’est que deux ans après la mort de Louis Braille à l’âge de 43 ans qu’elle a commencé à être appliquée dans l’institution où il a étudié. À partir de 1882, le système s’est répandu dans le monde entier et a été adapté à de nombreuses langues. Il a également été développé dans des domaines tels que les mathématiques.

Aujourd’hui, la méthode Braille est universellement connue et acceptée et est un élément de base permettant aux personnes aveugles ou malvoyantes d’étudier et d’apprendre différents sujets sans que leurs problèmes de vision ne les handicapent.