Après ce pardon mondial sans précédent, triste mais historique, nous sommes nombreux à dire: tout restera-t-il le même? Je pense que nous ne pouvons pas faire comme si rien ne s’était passé, car c’est arrivé. En fait, au moment où j’écris ces lettres, cela continue de passer.

La plupart d’entre nous ont passé de nombreux jours enfermés à la maison, sans quitter, quelques chanceux accompagnés de notre famille, le noyau le plus fermé de notre famille, couple, enfants, parents. . . cela a été mon cas en particulier. Pendant 60 jours, j’ai vécu 24 heures avec 4 adolescents et mon mari, sans voir personne d’autre, à moins que ce ne soit sur l’écran de mon téléphone portable, de mon ordinateur ou de ma télévision. Une expérience inattendue et surprenante qui, dans mon cas, m’a donné du temps, je me déplace toujours dans la société, les événements, les clients, les tournages, les amis … Pas le temps du tout, courir, être en retard partout, parce que je pense toujours que je peut faire plus de choses que je n’en ai vraiment le temps. Je crois généralement que je me téléporte;)

Soudain, tout s’arrête et j’ai le temps, le temps de réfléchir, de planifier et de dessiner ce que je veux faire. Je suis généralement assez optimiste et je m’adapte à ce que j’ai et je ne regrette pas ce que je n’ai pas ou ne pouvais pas être. Je me suis donc concentré sur mon travail et je vois ce que je peux faire maintenant.

Je repense mon existence, combien elle est éphémère et vulnérable. Nous vivons généralement comme si nous étions immortels et préparons toujours un avenir qui n’est jamais venu, car il y a toujours un nouveau demain. Mais combien de fois avons-nous lu que l’important est de vivre aujourd’hui? Au jour le jour, pour construire un demain, oui, mais avec l’esprit et l’âme fixés dans le moment présent.

Eh bien, si certains d’entre nous ne le faisaient pas encore, le moment est venu, nous ne pouvons plus attendre.

C’est juste à cette période de l’année que je change de garde-robe de mes clients, mais comme nous sommes tous à la maison, incapables de partir, je décide de créer un nouveau système en ligne pour organiser la garde-robe. En même temps, j’analyse la situation et j’apprécie quelles adaptations je vais devoir faire et ce qui a changé et ce qui va changer, s’il y a une nouvelle direction, une nouvelle orientation. Une situation comme celle que nous vivons devrait servir à valoriser tout ce que nous avons et ce qui nous entoure. Nous, notre famille, la nature, l’environnement dans lequel nous vivons. . . Sur la base de tout cela, je crois que cette nouvelle direction est celle que je mène depuis longtemps: « Petit et bon ». Qu’est-ce que ça veut dire? Eh bien, chaque saison, lorsque j’analyse la garde-robe de mes clients, j’élimine tout ce dont ils n’ont pas besoin, je commande et après avoir créé les looks avec les vêtements qu’ils ont dans la garde-robe, je vois ce qui manque, qu’ont-ils à acheter ? Ce dont ils ont vraiment besoin, ni plus ni moins. Sur la base de ce qu’ils n’ont pas besoin de créer pour eux les looks les plus adaptés. Mais sans rien d’autre, ce n’est pas nécessaire. Et quand je dis « petit et bon », je ne veux pas dire des vêtements chers, ce qui peut être, je veux dire ces vêtements et articles qui correspondent à leurs besoins réels, qui ont à voir avec leur personnalité, avec la façon dont ils veulent être vus et veulent être vu. La tendance à acheter pour acheter, a tendance à disparaître, à s’accumuler et à s’accumuler, est une mauvaise habitude. Pour de nombreuses raisons. Le premier parce qu’au final, si on a une armoire pleine de vêtements, on finit par ne plus pouvoir voir ce qu’on a ou ce qu’on n’a pas, l’excès de matière rend l’exposition difficile. Combien de fois n’avez-vous pas dit ou entendu quelqu’un avec un placard plein de vêtements dire: « Je n’ai rien à porter? » Sans oublier que chaque fois que nous jetons des vêtements et des articles, ce que font des millions de personnes dans le monde, nous contribuons à l’effondrement des déchets de la planète. Nous fabriquons pour lancer en peu de temps et aussi une grande majorité n’est pas biodégradable. Personne ne pense que cela devrait changer? Si jusqu’à présent, j’ai été prudent en aidant mes clients dans leurs achats, en étant concis et précis, en ne sélectionnant que ce qu’ils considéraient professionnellement comme nécessaire pour acheter, maintenant je sais que je serai plus. Si jusqu’à présent je n’ai pas tellement apprécié quels vêtements et articles sont biodégradables ou non, maintenant je le ferai. Si jusqu’à présent je collaborais avec un organisme de bienfaisance pour faire don des vêtements que mes clients ou moi avons retirés de mon placard, maintenant je ferai plus. Nous avons une belle planète à entretenir, nous avons une vie à vivre, que si nous ne la compliquons pas trop, nous l’apprécierons, que j’aime les belles choses, mais que moins nous accumulons, mieux c’est. Avec «petit et bon», on vit mieux. Et maintenant? Entre vos mains est la réponse.

Piluka de Echegaray Expert en image personnelle
Instagram @pilukaechegaray